Écran philosophique

Une archéologie de l’homosexualité

mercredi 12 octobre 2005 à 20 h 30

par René Schérer, philosophe, professeur émérite à l’université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis. Auteur, en particulier, d’ouvrages concernant l’Utopie, Charles Fourier, l’enfance et l’éducation, il a présenté, l’an dernier, la pensée de Gilles Deleuze, à la Maison populaire dans le cadre des séminaires Ce qui force à penser.

film
Race d’Ep de Lionel Soukaz (film français, 1979, 1 h 30)

Ce film, tourné en automne 1979, à l’époque des grands mouvements de « libération » (MLF, FHAR) d’après mai 68, se veut une illustration des combats pour la reconnaissance de « l’homosexualité », notion dont la dénomination est récente, et retrace l’historique de celle-ci dans l’Europe du XXe siècle. Il constitue, pour reprendre ici une expression de Michel Foucault, une « archéologie du savoir » homosexuel dont la mémoire s’organise autour de trois points remarquables : la persécution et l’extermination des « triangles roses » dans les camps nazis, l’œuvre sexologique de Magnus Hirschfeld, dans les années 20-30, celle, photographique, du baron Wilhelm von Gloeden, autour de 1900.
Trois points, trois repères permettant de mieux comprendre la situation actuelle des homosexuels et le sens de leurs revendications à partir de l’explosion libératrice des années 70.
Guy Hocquenghem, qui en fut un des principaux acteurs, est aussi le scénariste de ce film dont la dernière partie lui est consacrée, sur la base d’une de ses nouvelles : Oiseaux de la nuit, récemment rééditée par Albin Michel.
Lionel Soukaz, cinéaste, auteur de plusieurs films d’avant-garde, par leurs thèmes et leur facture, dont celui-ci et X, sont distribués en cassette.

René Schérer

Informations

au cinéma Georges-Méliès
Centre commercial de la Croix-de-Chavaux
93100 Montreuil

Partager

Haut de page