Séminaire

Genres, sexualités et théories féministes

mercredi 31 octobre 2007 à 20 h

conférence et débat

en présence de Javier Saez (sociologue et traducteur, Madrid, Espagne) et Natacha Chetcuti (sociologue à l’EHESS-LAS et université Paris 7 Denis Diderot-CEDREF).

modération par Vincent He-Say

Le dialogue entre la théorie queer, le féminisme et la psychanalyse“

par Javier Saez, sociologue et traducteur, Madrid, Espagne

La théorie queer, dès le commencement, a réalisé une critique approfondie de la théorie psychanalytique ; une partie de cette critique se base sur les travaux amorcés dans les années 70 par le mouvement féministe et le mouvement lesbien, qui questionnent à partir de différentes positions l’hétérocentrisme, l’homophobie et le machisme qui existent dans l’œuvre de Freud et dans celle de Lacan. En revanche, la communauté psychanalytique a ignoré jusqu’à récemment ce riche débat qu’alimentent les penseurs queer.
Les effets théoriques et politiques des pratiques queer, les nouvelles formes de représentation de la masculinité et de la féminité, les défis aux conventions sur la sexualité et le genre, la critique de l’ordre hétérocentré et de l’homophobie, les usages alternatifs du corps et des plaisirs, tous ces apports sociaux et leurs développements théoriques n’ont pas encore été recueillis par la psychanalyse, bien que quelque chose commence à bouger.
Le féminisme, traditionnellement, a distingué la catégorie de sexe et la catégorie de genre pour expliquer les systèmes d’oppression des femmes. Le genre serait, selon cette tradition, quelque chose de construit culturellement, une série de rôles et de fonctions qu’on attribue aux corps sexués. Le féminisme donnait pour acquis le sexe, comme une donnée naturelle et binaire, sur lequel se déplie le dispositif culturel de genre. La théorie queer va cependant questionner l’apparente naturalité du sexe et, plus important encore, va remarquer que le sexe même est un produit du dispositif discursif du genre (Butler).
Dans notre intervention on essayera de faire une cartographie des liens, débats, malentendus et dialogues qui existent entre le féministe, la théorie queer et la psychanalyse.

 dernières publications de Javier Saez :

  • Teoria queer : politicas bolleras, maricas, trans, mestizas, Editorial EGALES, Madrid, 2005,
  • Théorie queer et psychanalyse, Ed. EPEL, Paris, 2005,
    traduction : Monique Wittig, El pensamiento heterosexual, Ed. Egales, 2005,
  • Judith Butler : Lenguaje, poder e identidad Ed. Síntesis, 2005, avec Beatriz Preciado,
  • Judith Halberstam, Masculinidad Femenina, Ed. Egales, 2007, à paraître.
Les relations entre sexe, genre et sexualités : une histoire des concepts“

par Natacha Chetcuti, sociologue, LAS/EHESS Paris

Dans le prolongement de mai 1968, sous l’impulsion des mouvements sociaux féministes et gays et lesbiens, on assiste à partir des années 1970/1980 à une prise de conscience collective qui se manifeste par la naissance d’un questionnement sur le contenu des catégories de sexe, de genre et de sexualité. Ces débats ont permis de remettre en cause le fondement de l’idéologie naturalisante présente dès le XIXème siècle, en Occident, avec l’apparition des premières études démographiques et les recherches psychiatriques et médicales. Le biais naturaliste par du principe que la construction des catégories homme et femme s’élabore en référence au sexe. Cette dualité définie ou traduite par le sexe biologique confère dès lors des caractéristiques sociales aux hommes et aux femmes qui affectent la perception des corps, du sexe et de la sexualité. Ces classifications laissent supposer qu’il y aurait des rôles et des pratiques définis par une surdétermination biologique : à mâle et à femelle correspondraient des rôles et des pratiques, le masculin et le féminin. Cette production classificatoire est définie en fonction d’un cadre référentiel : le « contrat hétérosexuel » (Wittig, 2001). C’est-à-dire un ordre sexuel selon lequel le sexe biologique (mâle/femelle) détermine un désir sexuel univoque et présenté comme hégémonique prenant la forme de comportements spécifiques (actif/passif), aux relations sociales de genre (l’idéologie du genre) sont attribuées des pratiques respectives et complémentaires : la masculinité et la féminité. L’objet de mon intervention sera de présenter une histoire des concepts de genre et de sexualité, en soumettant à la discussion la manière dont ces débats ont pu faire apparaître de nouvelles questions sociales en revisitant le contenu des catégories de pensées et pourquoi ils ont suscité également de nombreuses résistances.

 dernières publications de Natacha Chetcuti :

  • Violences envers les femmes : « Trois pas en avant, deux pas en arrière ! Réflexions autour d’une enquête en France », avec Jaspard Maryse (dir.), Éd. L’Harmattan, 2007 Paris,
  • Monique Wittig, La tragédie et l’amour, Revue Anthropologie des représentations du corps, N°3, CNRS, ed. Dilecta, (à paraître en 2007),
  • Corps programmés / Corps à inventer, dir. Bruno Perreau et Françoise Gaspard, Le choix de l’homosexualité : Recherches inédites sur la question gay et lesbienne. Ed. Eppel, 2007, Paris.

Informations

Entrée libre

Partager

Haut de page