Travail de la culture et culture du travail

Peuple, populaire, populiste

mercredi 14 octobre 2009 à 20 h

Travail de la culture et culture du travail

animé par Gérard Bras, professeur de philosophie en Première supérieure, ancien directeur de programme au CIPh

Le peuple existe-t-il toujours ?

par Gérard Bras

Au moment où la notion de peuple a mauvaise presse, où on l’accuse d’envelopper des ferments de nationalisme, voire, sous le terme de « populisme », de fascisme, où le peuple apparaît comme cette masse ignorante qui ne comprend pas le bon sens dont les élites font preuve, il est nécessaire d’éclairer le fonctionnement du dispositif théorique dont le concept est solidaire.

On distingue, habituellement, trois significations à « peuple » :
1) l’ensemble des citoyens, individus disposant de droits politiques, intégrés dans un État, ce que je nommerai « peuple juridique » ;
2) les membres d’une nation, qu’elle soit caractérisée par l’unicité de la « souche » naturelle (le genos des Grecs), ou par les mœurs et coutumes communes (l’ethnos grec), ce que je nommerai « peuple ethnique » ;
3) enfin le « petit peuple », celui des « couches populaires », cette fraction sociale dépourvue des richesses et du pouvoir, qui s’oppose à la fraction dominante de la société, que je nommerai « peuple social ». Je soutiendrai que « peuple » n’est dans aucun de ces trois sens, mais dans les trois, ou plutôt dans la possibilité de passer de l’un à l’autre. Or, et c’est ce qui est essentiel, cette possibilité tient au fait que chacun de ces sens est lui-même solidaire d’une double exclusion, dont l’une est manifeste, et l’autre occultée. Le peuple juridique se distingue de cet autre qu’est l’étranger, ennemi potentiel, et s’oppose à son autre qu’est la multitude. Le peuple ethnique se distingue de l’autre communauté (ou de l’autre culture), et s’oppose à son autre qu’est le barbare ou le sauvage. Enfin, le peuple social se distingue des Grands (nobles, bourgeois etc.), et s’oppose à son autre qu’est la populace. Cette structure lie donc ensemble neuf termes, qui peuvent apparaître, suivant les lieux et les moments, sous des vocables différents.
(…)

Les Ambiguïtés du peuple, p. 11, 12, éditions Pleins feux, Nantes 2008.

Informations

Entrée libre.

Partager

Haut de page