Soirée multimédia

Communautés virtuelles et société

vendredi 23 janvier 2009 à 20 h 30

rencontre-débat retransmise en direct ici

en présence de Stéphane Hugon, sociologue, chercheur et enseignant au CeaQ (Centre d’étude de l’actuel et du quotidien) - Sorbonne-Université Paris-Descartes, cofondateur d’Eranos, et Serge Soudoplatoff, économiste, président d’Almatropie

Les relations qui se construisent par le Web construisent des communautés fortes.

L’essentiel de ce qui fait une communauté c’est le partage d’un imaginaire commun. Ce n’est pas le contenu de ce qui va s’échanger réellement. Avant tout il y a un protocole d’approche qui passe par des choses non rationnelles, qui sont dans le partage implicite de valeurs de codes de signes faibles. La solidité des communautés vient par la production et l’entretien de ce nuage de signes, de ce bassin sémantique, qui donne la corporalité à ceux qui sont dans la communauté (…).

Aujourd’hui une communauté ne se conçoit plus uniquement dans la vie réelle ou sur le web. Elle est partout, dans l’espace et dans le temps. Les technologies de gestion de communautés les plus avancées intègrent cette notion et utilisent la puissance combinée du mobile et du web pour gérer le lien communautaire de manière unique, quel que soit le média, en permettant de rester en contact partout, dans la ville (…).

JPEG - 40.2 ko
Lamity
monde virtuel sur téléphone portable

Internet devient un usage de masse et on se rend compte que les relations qui se construisent par le web construisent des communautés fortes. Cela n‘est pas moins important que ce qui se passe dans la vie réelle. La réalité des communautés virtuelles ne doit pas être sous-estimée. A partir du moment où une certaine masse critique en termes d’expérience sociale est dépassée on ne peut plus parler de simple virtualité.
Stéphane Hugon, extrait de l’interview paru dans Métro

 En savoir plus sur Eranos

Un « monde potentiel »

(...) C’est en tant qu’outil de simulation que les plateformes virtuelles sont intéressantes. La simulation qui est, aujourd’hui, l’un des outils nécessaires pour aborder la complexité du monde. Sans simulation, nous n’avons pas le temps, ni la possibilité, de parcourir tous les chemins du graphe, même lorsque le graphe est simple.
Il s’agit bien de comparer les possibilités technologiques des plateformes, en tant qu’outils au service des entreprises. L’existence des mondes plutôt orientés « social » (there.com Hipihi Entropia SL...) est une opportunité pour certaines applications. Qui oserait aujourd’hui se plaindre de l’existance d’un lieu où il est possible de rencontrer des partenaires, des citoyens, des clients potentiels ? Lesquels sont, il faut se l’avouer, effectivement plus intéressants que les clients virtuels.
Serge Soudoplatoff

JPEG - 53.1 ko
Virtual Worlds
par Dipity

 En savoir plus sur Almatropie

 Écouter la rencontre-débat

Informations

Entrée libre

Partager

Haut de page