Écrans philosophiques

M, une possibilité de réparation du soi ?

Jeudi 16 janvier 2020 à 20 h 30

Chaque film, diffusé au Méliès, est suivi d’une courte conférence dont l’enjeu est l’approche d’un problème philosophique, et d’un débat avec le public.

Films > M, Yolande Zauberman, 2018
 Présenté par Louis-Albert Serrut (Docteur en sciences de l’art, auteur-réalisateur)

Menahem après un long exil, revient dans son enfance, sa famille, les siens.
C’est un trou noir dans lequel nous entraîne la réalisatrice. Noir par sa photographie, par la nuit constante, par les vêtements des pieux hassidiques de Bneï Brak où revient Menahem, noir enfin par les aveux d’abus sexuels subis.

JPEG - 98.2 ko
M
de Yolande Zauberman

Une constante s’insinue au fil des rencontres, la question de l’ipséité, de l’appartenance à soi- même qui se pose aux enfants abusés. C’est le plus ultime de soi qui ne porte aucun dehors. Le viol les a dépossédés de cette propriété de soi qui précède l’être-sujet. Celui-ci ne devient qu’en un second temps détenteur de sa propre subjectivité, le cogito cartésien. Il s’agit là d’une intime et profonde rupture qui prévaut sur l’identité de l’individu. Dépossédé de ce soi originaire, il ne peut s’appartenir ni se connaître. L’ipséité caractérise l’être de l’humain comme être en avant de soi, un étant qui a à être. La nécessité d’une intellection du singulier, d’une saisie de l’individu, les victimes en ont été privées au moment de son nouage. Cette rupture a-t-elle un caractère définitif ? Menahem et les autres victimes cherchent-ils par leurs aveux mutuels à renouer le brin rompu, peuvent-ils y parvenir ? Ils décrivent l’ambiguïté de leur statut, empêchés de choisir entre haine et tendresse, pardon, devoir et justice.

Les conditions de la dépossession, la relation à l’histoire et à la religion juives ne changent rien à sa nature traumatique. Elles renvoient bien plutôt aux abus dans l’église catholique aussi bien qu’aux maltraitances des écoles coraniques comme paradigme de domination.
L’ipséité nous paraît la découverte majeure que propose le film, ce que nous discuterons.

Informations

Considérer le cinéma comme l’écran de nos pensées, créer de la discussion et du débat sur une œuvre fraichement visionnée, c’est le pari des Écrans philosophiques co organisés par la Maison populaire, le Collège international de philosophie et le Cinéma Le Méliès de Montreuil. Ces rendez-vous donnent carte blanche à un·e philosophe autour d’un film, qui a, pour elle ou lui, une résonance singulière avec le monde qui nous entoure. Chaque film est suivi d’une courte conférence dont l’enjeu est de débattre d’une question philosophique avec le public pour exercer le droit de philosopher à partir d’une œuvre cinématographique majeure.


 Au Cinéma Le Méliès à Montreuil 12 Place Jean Jaurès - Tel. 01 83 74 58 20
 - M° Mairie-de-Montreuil (ligne 9)
Le prix de la séance, conférence comprise :
• Plein tarif, 6 euros
• Tarif réduit, 4 euros (moins de 26 ans, allocataires des minima sociaux, demandeurs d’emploi, retraités, porteurs d’un handicap (+ place gratuite pour un accompagnateur).
• Tarif abonnés : 5 euros

Partager

Haut de page