Écrans Philosophiques

Une maison, microcosme du monde social : l’imaginaire de la violence au Brésil

Jeudi 16 Mai 2019 à 20 h 30 

Projection suivie d’une présentation et d’une discussion avec les spectateurs. 
Au Cinéma Le Méliès de Montreuil.

Film > Les Bruits de Recife  (O Som ao Redor) de Kleber Mendonça Filho (Brésil, 2012, 2 h 11), avec Irandhir Santos, Gustavo Jahn, Maeve Jinkings.

 Présenté par Camila Gui Rosatti  (Université de Sao Paulo).


« J’ai une idée sur la classe moyenne brésilienne qui est la suivante : ses pieds ne touchent jamais le sol. Ses membres sont toujours ou chez eux, ou dans la voiture avec la clim’, à leur travail avec la clim’. Ils voient en permanence la ville de haut, à travers une vitre. Ils ne marchent pas dans la ville. » affirme Kleber Mendonça Filho à propos des Bruits de Recife. On cherchera à montrer comment le réalisateur inscrit son film dans une tradition de pensée politique typiquement brésilienne. En effet, depuis l’œuvre fondatrice du sociologue Gilberto Freyre, Casa-Grande e Senzala (1933), l’analyse du fonctionnement de la maison de la classe dominante a été une façon de penser l’ensemble de la société, notamment son antagonisme de classe. La classe aisée aime bien s’isoler, voire se barricader : la peur d’être submergé, envahi par l’autre, le pauvre, participe d’un imaginaire de la violence que développe habilement le film. Un imaginaire qui est malheureusement plus que jamais d’actualité au Brésil. – Camila Gui Rosatti

Informations

 Le cycle des Écrans philosophiques est conçu par la Maison populaire et organisé avec le Collège international de philosophie en collaboration avec Le Méliès (Montreuil).


 Au Cinéma Le Méliès à Montreuil 12 Place Jean Jaurès - Tel. 01 83 74 58 20
 - M° Mairie-de-Montreuil (ligne 9)
Le prix de la séance, conférence comprise :
• Plein tarif, 6 euros
• Tarif réduit, 4 euros (moins de 26 ans, allocataires des minima sociaux, demandeurs d’emploi, retraités, porteurs d’un handicap (+ place gratuite pour un accompagnateur).
• Tarif abonnés : 5 euros

Partager

Haut de page