Philosophie

« Ici et là », les formes de la conscience à l’époque de la reproduction (1/3)

mardi 31 octobre 2006 à 20 h

par Pierre-Damien Huyghe, professeur à l’Université de Paris I
Dernières publications : Du commun, éd. Circé, 2001 ; Le différend esthétique, éd. Circé, 2004

Walter Benjamin, auteur assez souvent commenté et cité, n’était pas un penseur de circonstance que nous pourrions renvoyer aux années 30, comme si ces années étaient derrière nous. Même s’il n’a pas connu certaines des techniques qui se sont déployées depuis les années 50, télévision et numérique notamment, nous sommes ses contemporains. Pour le montrer, me référant à une pratique dont il a lui-même montré l’importance, je voudrais « traduire », plutôt qu’expliquer, certaines de ses analyses. La question globale qu’il s’agit de traiter est celle-ci : comment pouvons-nous exister à l’époque de la reproduction ? Cette question sera traitée en trois temps : Qu’est-ce qui fait époque ? - L’expérience et la subjectivité à l’époque de la reproduction - Les états du peuple.

Qu’est-ce qui fait époque ? (1/3)

Le plus simple serait de dire que ce qui a ouvert notre époque et mis en forme l’essentiel de nos conditions d’existence, c’est l’industrie. Sans minimiser cette dernière, Walter Benjamin a considéré que les appareils d’enregistrement jouaient un rôle majeur dans la définition du monde qui est le nôtre. Je montrerai que ce choix nous engage à réfléchir sur les formes de la conscience.

P.-D. H.

Informations

Entrée libre

Partager

Haut de page